Actualités

C’est le week-end !
Du temps pour lire !

Profitez de ce week-end d’automne pour passer chez votre libraire. Patience, le numéro de Page des fêtes arrivera dans quelques jours. En attendant, voici une petite sélection de titres à dévorer.

On commence avec les deux lauréats du prix du Meilleur livre étranger 2019.

Le roman de Christoph Hein, L’Ombre d’un père, traduit de l’allemand par Nicole Bary (Métailié), « véritable et passionnant roman d’aventures, dans lequel l’auteur retrace soixante ans de l’histoire de l’Allemagne, mettant en lumière cette génération dont l’encombrant héritage a déterminé le sens de son existence. »

Dans la catégorie essai, Le Temps des magiciens de Wolfram Eilenberger, traduit de l'allemand par Corinna Gepner (Albin Michel). « À l'aube des années 1920, le monde académique de la philosophie allemande ne le sait pas encore, mais de jeunes hommes vont bousculer l'ordre établi par la fulgurance de leur pensée […] Avec un sens certain du romanesque, Wolfram Eilenberger fait entrer son Temps des magiciens dans la lignée des œuvres vulgarisatrices de grande qualité, sans jamais céder à la simplification. Quand plaisir de lecture et érudition font bon ménage°: tout simplement passionnant ! »

On poursuit avec le premier roman d’Alexandre Labruffe, Chroniques d’une station-service (Verticales), dans lequel « grâce à un sens aigu de l’observation et de la dérision, l’auteur transforme ce lieu de passage en théâtre de notre société, bien dérisoire. Ce texte très drôle et ironique, sous couvert de futilité, dit bien plus de choses qu’il n’en a l’air. »

« Tensions et jalousies familiales, demeure sinistre pleine de courants d'air, lettres cachées, vieille gouvernante hostile : tous les ingrédients d'un bon roman policier « à l'anglaise » sont réunis dans La Mort de Mrs. Westaway de Ruth Ware (Fleuve éditions). »

Et pour les amateurs de chats, double ration de douceur avec deux albums !

Dans Si j’étais un chat (Paloma Sanchez Ibarzabal, ill. Anna Llenas, Quatre Fleuves) « un petit personnage déguisé en chat imagine une série de situations dans lesquelles, s’il était un chat, il aurait des envies ou des besoins différents de ceux de son amie. Une manière ludique d’apprendre à se mettre à la place des autres et à accepter une autre perspective que la sienne. »

Et avec Mammouth (Gauthier David, ill. Fanny Blanc, Hélium) « un très beau chat gris adopté par une famille vivant dans une jolie petite maison de quartier », plongez dans « un récit à plusieurs voix : celles de chacun des membres de la famille, mais aussi des voisins (humains ou animaux), des commerçants, relatant l’arrivée de Mammouth dans son nouveau foyer jusqu’à sa disparition. » « Le lecteur finit par s’attacher lui aussi à ce charmant chaton et ses aventures du coin de la rue. »


Bon week-end et bonnes lectures !