Actualités

C’est le week-end !
Les auteurs de la rentrée à l’honneur ! Épisode 6/7

Ce week-end on vous propose de découvrir deux auteurs de la rentrée littéraire en vidéo !

On commence avec Pauline Delabroy-Allard et son premier roman Ça raconte Sarah (Minuit) qui « plonge le lecteur dans le tourbillon d’une passion amoureuse intense, absolue et destructrice. Les mots de la narratrice touchent le cœur et l’âme et captivent jusqu’à la suffocation. »

On poursuit avec In Koli Jean Bofane et La Belle de Casa (Actes Sud), « un roman aux faux airs d'enquête criminelle au cœur de Casablanca. L’auteur y orchestre avec acuité et humour une tragi-comédie captivante qui épingle les travers d'une société marocaine contemporaine où l'argent, le sexe et le pouvoir mènent la danse. »

« Dans Une femme invisible (Le Rocher), roman-enquête passionnant, Nathalie Piégay offre l'émouvant et sensible portrait d'une femme que son entourage voulut rendre invisible et fait ainsi entrer dans la lumière Marguerite Toucas-Massillon, mère de Louis Aragon. »

« Entremêlant deux époques, François Vallejo, dans Hôtel Waldheim (Viviane Hamy), explore les méandres du souvenir et de la mémoire dans un livre fort qui convoque les fantômes du passé, entre roman noir et récit historique aux heures sombres de la Stasi. »

Avec Ueno Park (Actes Sud Junior), Antoine Dole signe l’un des plus beaux textes de cette rentrée ados. « Un roman choral où il donne voix à huit adolescents, en plein cœur du parc tokyoïte, à l’occasion de l’éclosion des cerisiers. Des instantanés de vie qui nous emmènent derrière les apparences : nous découvrons des secrets trop lourds à porter, des vies qui éclatent en mille morceaux, du désespoir mais aussi du respect, du courage et de la résistance. Un récit percutant, empreint d’un furieux désir de liberté. »
Le nouveau roman jeunesse d’Ingrid Thobois, Juste de l’autre côté de la mer (Bayard), traite quant à lui « d’un sujet récurrent dans son œuvre : l’immigration. Elle l’aborde à travers l’histoire de deux jeunes Marocains, et du choix qu’ils auront à faire : partir ou rester. Le ton est tout en retenue et la fin ouverte laisse place à l’espoir. Tout simplement magnifique. »

Bon week-end et bonnes lectures !