Rouvrir le roman

Par CAROLINE CLÉMENT, Librairie Coiffard, Nantes

« Qu’est-ce que la littérature ? », interrogeait Jean-Paul Sartre en 1948. Combien d’auteurs après lui ont questionné le roman, son propos, le style, la narration, la forme, son temps, mais aussi le geste littéraire, sa genèse et sa légitimité ? L’auteur est-il, plus qu’un universitaire, habilité à théoriser sur son art ? Sophie Divry abat tous les obstacles et répond par l’affirmative, étayant son propos avec intelligence, clarté et détermination. Romancière, auteure entre autres de Quand le diable sortit de la salle de bain et de La Condition pavillonnaire, parus aux éditions Noir sur Blanc, Sophie Divry s’emploie à décomplexer l’écrivain, à le réconcilier avec l’idée que tout dans le roman est encore possible et envisageable. L’héritage littéraire, ici décortiqué, reste une chape de plomb sous laquelle on plie en songeant que tout a déjà été dit, que rien de neuf n’est possible. Considérations à reconsidérer, à alléger, lit-on entre les lignes. Ce en quoi Sophie Divry livre une réflexion rassérénante, modeste, engagée, profonde et stimulante.

Lu et conseillé par :

  • Établissement scolaire IUT François Rabelais à Tours Laurence BEHOCARAY