Actualités

C'est le week-end ! Lisez tout l'été !

Chassé/croisé, cœur de l'été… et de belles idées de lectures pour agrémenter journées et soirées. Allez visiter les librairies, partez à la rencontre des libraires ! Lisez !

Pour commencer, cette semaine on vous propose un imposant pavé de 500 pages, Crache trois fois de Davide Reviati (Ici même), un roman graphique « d'une sidérante beauté », « un panorama sur l'histoire compliquée des Gitans en Italie, avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. »
Place au silence ensuite avec Quelques grammes de silence d'Erling Kagge (Flammarion). « Dans un monde où l'absence de bruits a quasiment disparu, l'explorateur norvégien et aventurier des temps modernes, Erling Kagge, tire une certaine philosophie du mot silence, avec tout ce qu'il comporte d'intériorité. »
On poursuit avec Le Tour du monde du roi Zibeline de Jean-Christophe Rufin (Gallimard), « portrait flamboyant et généreux d'un grand explorateur du XVIIIe siècle (…) un homme ouvert sur le monde, altruiste de conviction, sachant s'insurger contre la bêtise du pouvoir absolu, prônant l'indépendance des États et des peuples, l'autonomie et le savoir partagé. »

Si vous voulez partir à l’aventure, embarquez dans ces trois romans jeunesse, et vous ne serez pas déçus du voyage. « Précédé d’une réputation intrigante de petit chef-d’œuvre de la littérature de jeunesse, L’Île aux mensonges (Gallimard Jeunesse) surpasse toutes nos attentes et l’héroïne de Frances Hardinge rejoint celle des Royaumes du Nord de Pullman au panthéon des héroïnes intrépides. »
On continue avec Gloria (Martine Pouchain, Sarbacane), « une écorchée vive qui, pour s’en sortir, se crée un monde un peu irréel. Son aveuglement lui fait souvent prendre les mauvaises décisions mais elle a cette naïveté un peu enfantine qui la rend particulièrement touchante. »
Enfin, embarquez dans le premier volet de la saga Les Puissants de Vic James (Nathan), qui, « en plus d’être un excellent roman aux rebondissements multiples, aux nombreux personnages que l’on adore ou déteste, amène une réflexion sur notre monde réel et contemporain, sur fond de lutte pour le pouvoir et de lutte des classes. Le lecteur, sans cesse manipulé, sort essoré de ce premier volume à la chute totalement inattendue et particulièrement soignée. »

Bon week-end et bonnes lectures !